La « bande à Schnegg » : naissance d'une école française de sculpture ?

Au tout début du XXe siècle, Auguste Rodin est au faîte de sa gloire. À lui seul, il a révolutionné l'art de la sculpture, dominé jusqu'alors par l'académisme. La critique et le public saluent son génie. Pour faire face à ses nombreuses commandes, il s'entoure de plusieurs sculpteurs de talent, qu'il emploie en tant que praticiens. Parmi eux, les plus célèbres sont Camille Claudel et Émile-Antoine Bourdelle.

D'autres praticiens, les frères Schnegg, Gaston et Lucien, Charles Despiau, François Pompon, Jean Halou, et Léon-Ernest Drivier, créent en 1904 le groupe « Certains » en compagnie d'Henry Arnold, Élisée Cavaillon, Louis Dejean, Albert Marque, Jane Poupelet, Yvonne Serruys et Robert Wlérick. Le critique Louis Vauxcelles les surnomme la « bande à Schnegg » parce que Lucien Schnegg en est le principal animateur, jusqu'à sa disparition prématurée, en 1909. Dans la période de l'entre-deux-guerres, ils exposent ensemble à de nombreuses reprises, jetant les bases d'une nouvelle sculpture figurative, qui prend le contre-pied de l'œuvre de Rodin. Au fil des années, d'autres artistes se joignent à eux, notamment Auguste Guénot, Alfred Janniot, Paul Niclausse, Pierre-Marie Poisson...


Écrire commentaire

Commentaires: 0