Les vestales d’Alain Verstichel nous accueillent avec leurs secrets bien gardés. Leur nudité est prétexte à ne délivrer que parcimonieusement l’intériorité que recèle chacune d’entre elles. Aucune ne marque la superficialité, ni l’ennui. Déesses, reines ou esclaves, elles traduisent la liberté de demeurer dans la fécondité. Leurs postures, attitudes et mouvements évoluent dans la jubilation boréale de celui qui a traversé la haute nuit. Il désire nous emmener avec lui, au cœur de la Terre mère se laissant ravir par le ciel.

 

Muriel Verstichel